la princesse et le monde du chômage

10 février 2008

Bienvenue


Merci de faire un crochet dans mon royaume, laissez votre carrosse sur le parking si vous avez le temps et venez découvrir mes aventures!
Voilà mon premier message, pour vous souhaiter la bienvenue dans mon blog, et surtout dans mes tribulations à travers les fracas et les tracas que l'on peut avoir pendant sa vie au chômage.
Les histoires que je vais vous raconter sont vraies, ainsi que les dialogues, je ne citerai pas les noms des personnes rencontrées, ou je les changerai. Le style, est, disons, euh......pas banal dans le sens où je ne raconte pas mes anecdotes comme un vrai journal..le "cher journal" m'ecoeurs à vrai dire, sans doute dû a ma culture pour les séries américaines dont l'héroïne est une pauvre petite ado confrontée a deux amours.....
Bref, revenons en à nos moutons: le style, est comme une sorte de conte de fées où l'heroïne est une princesse rose, (oui j'assume aimer le rose !) à la recherche d'un travail. Mais cette tâche s'averera difficile...
Voilà! en esperant que vous aimerez !
Merci de vous être arrêtés!
a bientot !


Test2coloris_

 

Posté par Princesse rose à 19:30 - Commentaires [28] - Permalien [#]


11 février 2008

Premier contact

Il était une fois, en l'an de grâce 2006, une jeune princesse vivant dans le royaume rose. Elle était plutôt heureuse avec son prince, ils habitaient tous deux dans le même petit château depuis quelques mois. Après cette aventure avec son princes, et surtout, après avoir terminé ses études, il fallait trouver un travail. En effet, certaines princesses conservaient la tradition de rester au foyer, à cuisiner, à faire le ménage, à coudre et à s’occuper des enfants . D’autres, pouvaient, si elles le désiraient travailler. C’était devenu plus facile depuis que le Roi a instauré un décret expliquant que toutes les jeunes demoiselles du royaume pouvaient faire ce qu’elles voulaient sans demander une autorisation. Les temps ont bien changé, se plaisait à dire le grand Monarque du royaume rose enchanté. Mais cela ne dérangeait pas la princesse rose. Certes, il y a eu du changement, ainsi que pour elle. Elle l’a appris a ses dépends.

Lors de sa décision pour trouver un travail, elle ne savait par où commencer. On avait beau apprendre les bonnes manières et les leçons d’histoire, on apprenait pas à chercher une activité professionnelle. Finalement, elle pris le chemin comme beaucoup d’autres, celui de l’inscription dans la plus grande agence du royaume Avec Nous Pas d’Espoir. Malgré cette entrée en matière peu motivante et surtout le fait qu’elle soit tenue par des nains et des trolls ; c’était celle que tout le monde prenait en exemple. Seulement, cela ressemblait au parcours d’une quête comme celle de son aïeul Arthur. Il fallait d’abord s’inscrire dans une autre agence , celle appelée Agence Sociale et Sociétaire des Etres et Des Innombrables Cas de Société. Cela avait beau être moderne, le téléphone, lui était vieux, ça aurait été plus facile par pigeon voyageur. Ensuite une voix indiquait les papiers à fournir et un rendez vous a la grand agence.

La princesse s’étant engagée, elle ne pouvait plus reculer. Elle alla donc a son premier rendez vous, là elle découvrit ce lieu étrange : il faisait chaud, comme si ils étaient sous terre ; sans doute un héritage de leurs lointains ancêtres ; des nains qui couraient partout, du désordre sur les bureaux. Ceux-ci étaient connus pour leur arrogance envers les Hommes, mais ils restaient tout de même courtois. Elle aurait préféré être dans une agence tenue par des fées, mais elles s’occupaient d’autres choses Et puis les nains les avaient interdit de venir ici et aider les humains.

La princesse n’en croyait pas ses yeux. Elle avait tout imaginé mais pas ça.

Elle se reprit et attendit son tour pour se présenter a l’accueil. Devant elle, toute sorte de personnes, des reines déchues de leur titre après avoir eu des enfants, des magiciens, des sorcières… Son tour arriva enfin. Elle découvrit son interlocutrice, une gentille femme souriante, soulagée, elle voulu commencer à se présenter mais elle partit et son remplaçant, un troll, n’était pas très accueillant. Elle réussit à bredouiller et à se faire comprendre, puis il lui indiqua la salle d’attente. Cette dernière, un peu vieille à son goût, mettait à disposition du public, des revues spécialisées dans l’emploi et la formation, des ordinateurs datant du siècle dernier et surtout, il y avait plus de moquette que de chaises. Elle s’assit peu rassurée a l’idée de découvrir son conseiller. Ce dernier arriva, un petit nain rondouillard avec des lunettes, de surcroît gentil, vint la chercher. Durant l’entrevue, ils ont élaboré son profil, ses études, et les secteurs dans lesquels la princesses pourrait chercher. Elle ne semblait pas motivée et déjà elle désespérait de trouver quelque chose. Son conseiller lui a bien fait comprendre qu’il ne pouvait rien faire d’autre pour elle. Et, elle revint dans son château encore plus malheureuse.

Elle découvrit que le monde qui l'entourait, et surtout tous ceux qui y vivaient, n'étaient pas aussi gentils qu'elle le pensait.

Posté par Princesse rose à 17:06 - Commentaires [33] - Permalien [#]

16 février 2008

la recherche

Elle devait se rendre aux rendez vous mensuels, c’était une obligation, pour faire une sorte de bilan de son travail de recherche. Elle avait peur, car elle ne trouvait pas, elle n’avait que des refus ou pas de réponses du tout. Son rondouillard de conseiller ne l'embêtait pas trop, ils parlaient un peu. Une fois, elle se risqua à lui demander comment elle pouvait faire pour rentrer dans la grande agence pour y travailler. Embarrassé, son conseiller bredouilla quelques mots incompréhensibles lui faisant comprendre que c'était pas possible. La princesse s'en doutait un peu, elle si dit que la prochaine fois, elle n'ecouterait pas sa curiosité.

Elle se résolut, avec l’aide de son prince, de trouver par elle même sentant que cette agence devait être maudite. A cette époque, lui aussi cherchait un travail.En Septembre 2006, ils se rendirent alors au salon pour des jeunes gens comme eux, où des professionnels pourraient leur proposer des formations ou une embauche dans des secteurs encore peu bouchés. L’entrée était heureusement gratuite et surtout ornée d’un tapis rouge digne d’un défilé. Cela amusa la princesse se sentant presque privilégiée. Ils reçurent un plan des différents représentants et leur emplacement, puis rentrèrent dans la salle principale. La princesse était aussi pleine d'espoir que sa robe était rose bonbon. Elle était sûre qu'elle trouverait quelque chose. Son espoir et surtout son orgueil gonflait sa jolie poitrine déjà bien haute par son corset.

Il y avait beaucoup de personnes, ce qui la réconfortait un peu, elle se sentait moins seule.Elle rencontra même un ancien ami, prince de son quartier qui lui aussi cherchait. Cela la réconforta. Elle continua son chemin, alla voir les personnes qui l’intéressaient, en vérité peu, et essaya de passer outre sa timidité. Elle trouvait que beaucoup destinaient leur formation à des personnes ayant eu une expérience dans le domaine scientifique et peu dans le littéraire comme elle. Une femme l'a attiré comme celles qui vendent leur poisson sur le marché au château, elle l'essaya meme de l'envouter pour qu'elle suive  une formation de fées de soins, il en manque beaucoup paraît-il. La princesse bredouilla quelques mots et partit precipitemment. Certes, c'est un beau métier, mais elle supporte pas la vue du sang, et surtout des aiguilles!!!
Par désespoir, elle se rendit au stand de l’Agence qui aide les personnes entrées dans l’âge adulte, ce qui l’attristait davantage !Elle se sentait encore plus vieille que d'habitude. Elle voulait des renseignements sur peut être une formation dans le tertiaire, ayant déjà travaillé là, mais reçu à la place un rendez-vous quelques jours plus tard, pour soi-disant en parler. Puis elle fut remerciée, trop de monde attendait des conseils de la part de ses sorcières.

Son prince a réussit à se renseigner sur ce qu’il voulait et a eu de bons contacts. La princesse se dit satisfaite de son rendez-vous, elle en apprendrait davantage, et qui sait, peut être que cela marcherait....

Posté par Princesse rose à 16:31 - Commentaires [10] - Permalien [#]

18 février 2008

la fée carabosse existe.....

Elle ne se laissa pas abattre par ses pensées moroses et se rendit quand même au rendez-vous, une semaine après.

Là, elle constata, outre le fait que l’agence en question ne se trouvait pas loin de chez elle, et que d’autres personnes attendaient aussi dans le hall, peut être autre chose. Enfin, une femme vint les rejoindre, assez grande, blonde, marquée par les années, sans doute une reine ou une princesse, communément appelée vieille fille par la population paysanne. Elle leur demanda si tout le monde était là pour la réunion d’information pour le PAVA, Plan d’Aide pour la Vie Active. La princesse découvrit non seulement qu’elle ne serait pas la seule, mais aussi que cette réunion s’intitulait ainsi. Deux surprises en même temps, jamais deux sans trois comme se plaisaient à dire ses aînés. Ainsi, après avoir traversé une serre, elle vit la salle de réunion. Trois femmes, dont la blonde, se présentaient comme des fées de la parole au sein de l’organisme, et présentèrent ce PAVA. Elle prit des notes, mais se disait que ce n’était pas pour elle. Après cette entrevue collective, tout le monde fut divisé en groupe de quatre personnes. La suite du programme continuait un peu plus au fond de la serre. Les trois femmes, les invitèrent à discuter un par un de leur projet et d’eux tout simplement. La princesse rose attendait son tour dehors. Elle sympathisa avec une autre jeune princesse Jessica, qui connaissait mieux le monde des adultes qu ‘elle. En effet, elle travaillait beaucoup mais de manière plus ou moins illégale, faute de pouvoir trouver un vrai contrat. Bientôt se fut son tour, mais la princesse rose n’attendit pas le sien longtemps. La femme blonde se présenta à elle et l’invita à la suivre. Elle paraissait gentille, même si elle ne ressemblait pas à une fée. Son répit fut de courte durée, la faux fée affichait un autre visage a la vue de son parcours.

« _ Je vois que vous avez fait des études en archéologie, vous n’avez pas trouvé ? »

« _ Euh, non c’est assez bouché en fait. » Dit la princesse timidement.

« _ C’est sûr que ce ne sont pas des études très utiles de nos jours » dit-elle dans un rictus

La princesse n’en croyait pas ses petites oreilles, oser lui dire que tout ce qu’elle avait appris ne lui servait à rien. Elle ne supportait pas cet affront.Cela restait de belles études pour elle! Elle voulut lui répondre mais la femme, qui ressemblait plus à un de ces nains, continua :

« _ Je vois aussi que vous n’avez pas eu votre permis carrosse. »

« _ Oui, mon prince a le sien, et je n’ai jamais eu assez de sous pour me le payer »

« _ Sans permis, c’est encore plus difficile de trouver un travail vous savez. Vous partez avec un handicap. Vous vous déplacez comment ?"

« _En bus et à pieds, c’est bon la marche pour le cœur »

« _Oui, le problème c’est que les bus, dans les embouteillages, ils sont coincés, ce qui vous fera arriver en retard, et ça tombe en panne, cela vous retardera encore plus, rien que pour attendre le prochain. Au moins avec un carrosse, vous serez à l’heure. Croyez-vous que le PAVA est fait pour vous ? »

Comme si elle savait ! Cette femme l’avait embrouillé ! Elle bégaya quelques mots mais rien d’autre ne sortit. La peur que lui inspirait cette femme l’en empêchait.

« _C’est sûr, ce n’est pas pour vous, désolée »

« _Je… je voulais juste des renseignements, je ne savais pas ce que c’était ce… ce….truc !

« _ C’est bien ce que je vous dis, je ne peux rien faire, vous pouvez y aller. Au revoir »

La princesse restait abasourdie par cet entretien, et se précipita dehors pour pleurer. Heureusement Jessica l’attendait et la réconforta. Une femme comme elle ne pouvait pas être une fée de la parole! Elle était tout juste arrogante comme les nains et les trolls ! Et puis les bus possédaient des couloirs réservés à leur usage, donc même en cas d’embouteillage, ils avanceraient plus vite que les carrosses, et ça pollue un carrosse. C’était plutôt la fée Carabosse cette femme ! Jessica la raccompagna chez elle où elle mangèrent sous les yeux surpris de son prince. La princesse fut contente de l’avoir rencontré, cela lui avait apaisé son cœur. Maintenant, elle préférait attendre et voir ce que la grande agence pouvait lui offrir. Apres tout, cela ne pouvait être pire que cette rencontre.

Posté par Princesse rose à 18:24 - Commentaires [6] - Permalien [#]

20 février 2008

les sorcières de Salem partie 1

Elle retourna ainsi à la grande agence pour son deuxième rendez-vous mensuel et attendit, après avoir encore vu le troll, dans un coin son conseiller. La princesse se mit à rêver, elle espérait qu’un jour toutes les créatures du royaume vivraient en paix. Un autre nain la tira de sa rêverie. Il était un peu plus grand, plus maigre, et mieux habillé. Il lui expliqua qu’il était son nouveau conseiller. Elle fut surprise de constater leur incompétence. Changer de guide sans en référer l’intéressé était vraiment digne des nains. Elle le suivit dans son bureau où elle raconta encore son parcours, son orientation, ses doutes. Il lui proposa de faire un bilan de compétences, peut-être qu’elle y verra plus clair. Elle n’eut pas le temps de réfléchir et de dire oui qu’il prit un rendez-vous dans l’agence des sorcières de Salem, les meilleurs selon lui. En effet, celles-ci en ont eu assez de se faire pourchasser et ont décidé de prouver leur habileté à aider les humains, princesses, princes et autres, dans leur démarche afin de trouver une voie. La princesse dû accepter, le nain en fut ravi et l’invita à partir en lui donnant un rendez-vous 3 mois après. Elle n’était pas pressée de le revoir.

La semaine suivante, elle se rendit chez les sorcières de Salem. Elle avait un peu peur, elle a tellement entendu des histoires à leur sujet qu’elle frémissait un peu plus à chaque pas en direction du bâtiment. Elle se retrouva au pied d’un vieux palais avec des pierres rouges. Il appartenait à ces temps anciens durant lesquels les princesses se retrouvaient prisonnières, souvent de leur prince. Elle sonna, un corbeau l’accueillit et lui ouvrit la porte. Elle hésita un instant, fixant cet animal synonyme de désastre, puis entra. Elle découvrit un vieil escalier en bois qu’elle monta pour se rendre au premier étage. Elle entra dans une pièce éclairée par des bougies. Elle se présenta à l’accueil et découvrit sous son chapeau pointu, une sorcière souriante. Elle en fut surprise et rassurée. Elle attendit quelques minutes au fond de la pièce. Toutes les sorcières étaient habillées en noir, sans doute perduraient –elle les traditions de leurs aînées. Une sorcière blonde l’accueillit et l’invita à la suivre dans son bureau. Le couloir était sombre et seulement quelques torches au mur laissaient assez de lumière pour marcher. Elles passèrent devant un escalier en fer qui amenait à un ancien donjon. Arrivées au bureau, la princesse constata qu’il ressemblait vraiment à un bureau qu’à une salle de potions.

« _ Ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas vous jeter un sort, cette époque est révolue » dit son accompagnatrice, puis continua, «  Il existe cependant, d’autres sorcières dans l’ombre, qui elles sont restées dans la forêt. Elles essayent toujours de piéger les humains. Elles n’ont jamais voulu suivre notre cause »

« _ Et le chapeau ? » Demanda timidement la princesse.

« _ C’est pour perdurer la tradition, et puis c’est notre signe distinctif »

« _Bien sûr »

« _ Bon, alors nous allons commencer par faire des séries de tests pour essayer de dégager des traits de votre personnalité. Ensuite, par rapport aux résultats, nous essayerons de nous diriger sur différentes pistes professionnelles. Et enfin, nous nous renseignerons sur celles que vous aurez choisies de suivre pour au final, peut être, trouver votre voie. D’accord ? »

« _ Euh …oui »

La princesse expliqua encore une fois son parcours, ses attentes. Elle se croyait être un perroquet à force de tout répéter. Les leçons de répétitions lui servaient bien pour une fois et elle remercia son professeur. Ah, ce cher professeur Lewis, un monsieur tres gentil mais assez obsédé par une certaine Alice. Il faisait ce métier pour subvenir à ses besoins et c'est grâce à lui si elle pouvait bien parler devant des personnes. Puis, la sorcière lui donna des feuilles à remplir pour la prochaine entrevue. Ces tests étaient destinés à mieux cerner la personnalité de la personne.

Elle rentra chez elle, se demandant si c’était une si bonne idée de faire appel à ce genre de sorcière. La seule chose qui la poussa à continuer fut le fait de ne pas retourner pendant 3 mois à cette fourmilière de nains. Elle se résolut de suivre au pied de la lettre ce programme et remplit ainsi ses fiches. Elle devait marquer ses envies, pourquoi vouloir être une maison, une fée, ses goûts personnels pour le dessin et l’écriture.. Elle ne comprenait pas tout le cheminement mais elle se dit que la sorcière savait ce qu’elle faisait.

Posté par Princesse rose à 15:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]


21 février 2008

les sorcières de Salem partie 2

Chaque semaine, elle revenait la voir et chaque semaine un nouvel exercice. Cette fois-ci elle devait utiliser l’ordinateur et cliquer gauche. Elle arriva au bout des tests en un mois, assez long selon elle. La sorcière s’empressa de terminer les résultats et de les lire. Elle prit ses lunettes rondes:

« _ Voyons, il en ressort que vous êtes sérieuse, calme, assidue, que vous aimez avoir de la solidité dans vos actes.. »

« Même sans boule de cristal et autres pendules, on le devine en me regardant et en me parlant » pensait l’intéressée royale.

« _ Et aussi vous avez des capacités à diriger. Alors, qu’en pensez-vous ?

« _ Et bien, tout ce que vous avez dit, je le savais déjà, je me connais assez bien je pense, à part la capacité pour diriger, mais je n’aime pas trop cela.

« _ D’accord, bon, avez-vous envisagé quelque chose en rapport a vos études archéologiques ?

« _Oui, faire des fouilles et décrire les civilisations, les faire connaître aux autres personnes, mais je me suis aperçue que c’était bouché, et surtout, le royaume donne peut de moyens pécuniaires pour aider. Et surtout, ce n’est pas une vie pour avoir une famille, chose que je désire fonder avec mon prince. »

« _Et professeur ? Tenter des concours ? vous avez le profil pour faire des concours

« _ ça ne me dit rien »

« _Bon, vous allez vous renseigner sur les concours qui pourraient vous intéresser, on ne sait jamais, d’accord ? »

« _ Oui » elle sont bornées ou sont-elles vraiment sourdes comme le disait une légende populaire ? pensait la jeune fille.

Elle partit un peu en colère, elle n’aimait pas qu’on l’oblige à faire des choses qu’elle ne voulait pas. Et c’était pas une sorcière qui commencera !
Elle chercha néanmoins, poussée par sa belle-mère qui lui avait rapporté des grimoires sur les concours. La princesse n’osa dire non, sa belle-mère semblait tellement contente qu’elle ne disait rien et marquait toutes les informations qu’elle trouvait. Au moins, cela fera aussi plaisir à la sorcière. Elle su désormais, qu’elle retournerait voir ses beaux-parents que pour se reposer, et non pour travailler sur son avenir. De toute façon, cela ne risquait pas de se faire car elle en parlera le moins possible. Elle avait beaucoup honte vis à vis d’eux, et n’osait pas trop aller les voir. Elle n’avait rien à leur dire sur ce sujet. Elle pensait qu'à leurs yeux, c'etait assez grave qu'elle ne trouvait pas de travail,  presque comme une malédiction.  Non pas que ses royals beaux parents furent une marâtre et un parâtre, mais ils n'avaient jamais connu cette période d'incactivité. La princesse se disait qu'ils ne comprendraient jamais. C'est pourquoi elle se sentait tellement seule, elle aurait bien voulu sa marraine la fée, mais de nos jours, elles ne viennent que pour se pencher sur le berceau. Elles auraient peut être dû s'arrêter plus longuement sur le sien....Elle continua néanmoins son recueil de recherches.

Posté par Princesse rose à 15:43 - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 février 2008

les sorcières de Salem partie 3

A son retour, en décembre 2006, elle présenta ses résultats. La sorcière ne fut pas satisfaite. La princesse décida de ne plus se laisser faire dans ses choix. Jusqu’ici, elle avait fait tout ça pour son entourage, maintenant, elle voulait être écoutée.

« _J’ai cherché, mais vraiment, ça ne me dit rien, j’ai pas envie de passer des concours. »

« _ C’est pourtant votre profil et je pense que vous pourriez le faire, vous réussiriez »

Pourquoi tout le monde l’obligeait à suivre une voie qu’elle refusait ? Se lamentait la princesse. Pour être dans la norme faut-il avoir un travail normal aux yeux de tous ? Soit elle suivait ses conseils, soit elle n’arriverait jamais ? Vraiment, ces sorcières sont toujours aussi prétentieuses…Elle se reprit, et referma sa colère afin de répondre calmement espérant ainsi d’être un peu plus tranquille.

« _Oui, sans doute, mais je ne veux pas. 500 appelés pour 5 élus, non-merci. Je me connais, je ne suis pas aussi acharnée que certains. Les tests que vous m’avez fait faire, ne m’ont pas servi à grand chose, tout ce que vous m’avez dit, je le savais déjà, je sais même commander, surtout ma sœur. Et puis, je ne veux pas, j’en ai pas envie, ce serait perdre un an ou plus pour rien. »

« _Qu’est-ce que vous aimez alors ? » Demanda son interlocutrice magique un peu excédée.

Enfin une question utile. La faire venir tôt le matin n’était pas vain Ce qui l’étonna surtout c’était de constater qu’elle n’abandonnait pas. Beaucoup de monde aurait fait le contraire.

« _J’aime bien utiliser mes mains, pour dessiner, écrire, créer en fait. »

Elle n’arrêtait pas de le dire et de l’écrire sur les tests qu’on lui donnait, mais visiblement, c’étaient des activités plutôt tabou chez ces personnes.

« _Alors renseignez-vous chez les artisans » dit la sorcière en reprenant son air supérieur

« _Justement, il y a un salon, de l’artisanat, je vais y aller et poser des questions »

« _Utilisez le questionnaire que je vous ai donné »

« _Euh, oui bien sûr »

Au début de leur entretien elle lui avait donné quatre feuille avec des questions, pertinentes selon elle, à poser aux différents professionnels de la société. La princesse les avait trouvées un peu prétentieuses et pas recherchées, elle pensait qu’elle devait poser ses propres questions. Bizarrement, elle oubliait souvent ce papier inutile chez elle.

Cette fois-ci, la princesse repartit en triomphe, pour une fois, elle a eu son mot à dire

Elle se résolue de se rendre au salon, accompagnée de son prince. Il y avait beaucoup de monde. Les fées organisatrices avaient dû réserver au moins trois grands palais des expositions pour cette manifestation. Arrivés à l’intérieur, ils essayèrent de se frayer un chemin, afin de visiter tous les stands. Tous les exposants magiciens étaient vraiment habiles de leurs mains ; chaque objet émerveillait la princesse. Des mosaïques, de la peinture, des céramiques, des édredons, des bijoux, des jouets, des baguettes magiques, des robes de sorciers, princesses plus hautes en couleur en adéquation avec la mode royale.
Elle fut contente de sa promenade dominicale, mais aucun stand ne suscita un intérêt particulier pour une discipline. La princesse se préparait à sa matinée de jeudi. La sorcière lui en voudrait sûrement et elle ne serait pas étonnée si elle lui jetait un sort. Elle fut soulagée de constater que les vacances de noël lui ont permit de se préparer a la rentrée.

Le jour du rendez vous arriva vite. Elle se rendit à l’agence. Son appréhension fut confirmée, la sorcière n’était vraiment pas contente. Son visage reflétait son exaspération, elle monta un peu le son de sa voix, mais la jeune fille ne se laissa pas faire.

« _Je suis désolée, mais rien ne m’a plus pour faire quelque chose, vous savez, cette étincelle qui nous motive »

« _ Oui, je crois. Vous avez envoyé un courrier à l’école de tapisserie sur meubles ? »

« _Oui, le problème est qu’il faut déjà avoir un diplôme pour être accepté. »

La sorcière ne savait plus quoi faire, elle semblait désespérée. L’ennui pour la princesse c’était qu’elle ne voulait pas s’arrêter sur cet échec personnel. L’intéressée, elle, préférait arrêter. Elle serait allée voir une diseuse de bonnes aventures, le résultat aurait été le même, sauf si elle avait posé des questions sur son avenir.

Soudain, la grande prêtresse de la magie noire et, espérait la jeune fille, magie blanche, lui posa des questions sur elle, son passé. La jouvencelle fut surprise. En effet, après trois mois de tests innombrables et d’obligation d’enquête, elle voulait parler d’elle qu’à ce moment là. Elle reflechissa d’abord, était-ce un piège pour l’envoyez chez ses consœurs dans la forêt ?Où voulait-elle en venir ? Et si c’était une chance pour être enfin écoutée ? Finalement, elle se décida à parler : son passé douloureux au collège où tout le monde se moquait d’elle notamment. Ce fut une période difficile pour elle, elle était différente selon ses tortionnaires. Ceux-ci le lui rappelaient tous les jours, et ce, pendant cinq longues années. Elle gardait comme séquelle une grande émotivité, de la timidité pour ne pas se faire remarquer, et surtout, elle avait totalement perdu confiance en elle. Elle lui raconta également son parcours, comment elle l’a vécu, assez bien malgré quelques difficultés ; ses peurs face à l’avenir, ses envies de fonder une famille avec son prince et être bien installée avec lui. La sorcière l’écouta attentivement, elle lui parla de son fils qui a subi le même embarras qu’elle étant un peu en surpoids. Depuis, il a perdu du poids et se sent mieux dans sa peau. La princesse fut un peu choquée, il suffirait de perdre du poids pour être bien et être acceptée ?Cela la rendait malade. La sorcière la trouvait si grosse que ça ? Non, elle ne se pliera pas aux volontés d’une sorcière qui n’utilisait même plus ses pouvoirs. Cette dernière lui conseilla d’aller voir une fée de la parole lui expliquant, que, tout le monde éprouvait un jour de consulter ces magiciennes. Elle ne fut pas convaincue par son discours. Elle ne ressentait pas l’envie et ne voyait pas en quoi cela pouvait l’aider. Elle avait les larmes aux yeux, et la sorcière préfera s'arrêter avec elle, ne sachant plus quoi faire pour l'aider. Visiblement, à part trouver absolument un travail, l'ecoute restait toujours en stand by. Enfin, la dernière séance se terminait. Elle repartit peu décidée, et constata que tout ceci n’a été qu’une perte de temps. Ces femmes au chapeau pointu auraient peut être dû rester dans la forêt. Elle rentra chez elle plus désespérée et perdue que jamais.

Posté par Princesse rose à 12:43 - Commentaires [5] - Permalien [#]

26 février 2008

Février 2007, ,nouveau rendez vous ANPE reflexions

Quelques jours plus tard, elle reçut une convocation pour un rendez-vous à la grande agence. Là encore, elle se ferait taper sur les doigts. Comment son conseiller allait réagir ? En parcourant la missive, elle constata qu’elle avait changé de guide, une femme cette fois-ci.

Elle ne comprenait pas pourquoi toutes ces personnes valsaient sur son dossier. Etait-il si difficile que cela ? En plus elle reçue le même courrier une deuxième fois. De fibre écologiste, la princesse fut contrariée, les pauvres arbres.

Elle se rendit à son rendez-vous, elle y était obligée, sinon, elle serait radiée. Elle avait entendu beaucoup d’histoires sur ces actes. Nombres de conseillers supprimaient des personnes sans vraiment de motifs ou sans réellement en vouloir. Selon certains, plus ils radiaient et plus ils avaient de chance d’avoir une prime en plus de leur salaire. Pour d’autres, des individus étaient rayés des listes de demandeurs d’emploi car ils ne pouvaient venir pour cause de rendez-vous chez leur médecin guérisseur. Dans ce cas précis, les nains demandaient toujours un justificatif. Or malgré ce précieux sésame, ils les ont quand même éliminés. Certains ont été rayés car ils ne trouvaient pas de travail, alors qu’ils avaient prouvé leur détermination à chercher. Toutes ces histoires faisaient froids dans le dos de la princesse. Elle se rendit compte que, étant un prince ou une princesse dans l’âme, cela ne comptait guère pour ces petits bonhommes sans cœur.

Elle attendit son tour, dans cette grande fourmilière. Elle s’annonça de nouveau au comptoir avec le même troll souriant, présenta sa convocation et s’assit dans la salle d’attente. Ce jour là, étant arrivée un peu plus tard par rapport à ses précédents rendez-vous, elle n’eut pas de places pour s’asseoir. Elle se résolut à regarder plus attentivement cet environnement hostile. Outre les ordinateurs du siècle dernier, et les revues, elle découvrit des annonces accrochées au mur. Ces dernières ne se bousculaient pas sur le panneau. Certaines dataient de un an ou deux alors que d’autres proposaient des petits boulots avec des conditions peu enviables à l’esclavage. La princesse s’insurgeait toujours contre cette pratique. Certes, ils ne travaillaient pas mais ce n’était pas pour autant qu’ils prennent n’importe quoi. Apparemment, ce devait être la politique des nains : mettre quelqu’un dans un emploi, peu importe lequel, pourvu que l’on parle d’eux le lendemain les félicitant d’avoir baissé le taux d’inactivité. Il en était de même lors de radiations sauvages. Ils n’avaient vraiment aucune pitié.

Il semblerait que seule la prime qu'ils recevaient en ces temps de traque, étaient plus importantes que les personnes qu'ils voyaient. Eh oui, le chômage baisse "grâce" à nos gentils conseillers qui radient a tort et à travers, sans raisons valables, ou alors sans trop d'arguments, et surtout, ils ne comptent que les personnes appartenant a la première des huit catégories....Les autres dans les cases suivantes, n'etaient jamais pris en compte par les statistiques. La princesse a même entendu dire que beaucoup de grande agence trichaient avec leur chiffres et  affichaient ainsi une note respectable justifiant leur loyauté envers la politique du souverain mais aussi leur soi disante efficacité. Cela horripilait notre jeune fille, mais que pouvait-elle faire à part subir tout ça... Sa propre malédiction lui suffisait amplement.
Pourquoi les personnes à la recherche d'un emploi étaient traitées de la sorte? Pourquoi cette injustice? Pourquoi ne pas laisser ce travail à des personnes plus compétente dans le milieu des êtres vivants ayant des sentiments? Pourquoi les amis, la famille les rejetaient?

La princesse se laissait souvent submerger par ses pensées, seule, en attendant le carrosse bus, en accrochant le linge....Elle réfléchissait trop a son avis, personne ne pourrait apporter une réponse. En tout cas, pas ces fichus nains.

EDIT: c'est hors sujet, mais concernant les images, j'ai commencé, seulement j'ai eu un problème avec le logiciel que j'utilise pour numériser l'image, donc pour le moment, c'est presque prêt on va dire....encore désolée pour cette attente!!!

Posté par Princesse rose à 16:57 - Commentaires [2] - Permalien [#]

28 février 2008

La nouvelle conseillere fin fevrier 2007

Enfin, elle découvrit sa nouvelle conseillère. Une autre race de nains, un peu plus grande, de larges lunettes et les cheveux ébouriffés. Là encore, elle raconta son histoire et tout ce qu’elle avait fait jusqu’ici. Sa conseillère, appelée Françoise, examina ce que ses anciens collègues ont écrit.

« _ Vous êtes ma troisième conseillère, c’est normal ? » se risqua de demander la princesse.

« _ Cela arrive oui »

« _Mais savez-vous pourquoi ? »

« _ Soit cela ne se passe pas bien alors la personne peut demander à changer de conseiller, soit le conseiller part. »

« _ Et dans mon cas ? »

Elle espérait ne pas la mettre en colère, on ne savait jamais avec les nains si ils étaient en colère ou pas.

« _Oui, le deuxième ? Il est partit. »

Elle ne répondit rien. C’était de loin le meilleur qu’elle rencontra, mais d’un autre côté, il avait bien fait. L’entretien ne dura pas longtemps, a peu près vingt minutes. Durant cette période, elles résumèrent ce que la princesse avait déjà dit, puis de son bilan de trois mois et enfin, ont déterminé ce que la jeune fille devait faire pour le mois prochain. Elle fut enfin délivrée de son supplice.

De retour chez elle, elle se sentait plus perdue. Qu’allait-elle chercher ? Elle ne fit rien de spécial et rentra ainsi dans une période ou tout lui semblait floue et où elle ne savait rien sur rien.

Le deuxième rendez-vous avec cette conseillère arriva vite. Elle remarqua rapidement que la princesse n’avait rien fait. Elle lui fit le reproche.

« _Je sais, mais je ne sais où chercher, je n’ai eu que des refus, je suis vraiment perdue, je sais pas quoi faire. Votre collègue a mit cet axe de recherche pour ne pas mettre de blanc, et puis, la plupart de vos annonces sont périmées. » Dit la princesse désespérée.

« _Elles sont actualisées tous les jours, donc elles ne peuvent être périmées, et vous devez chercher sous peine d’être radiée. » Répondit la conseillère à lunettes avec un ton réprobateur.

Elle ne voulait pas être radiée, cela signifierai qu’elle n’existerait plus dans la société, plus de titre, plus rien, elle ne serait même pas comptée dans les statistiques royales. Un prince transformé en grenouille passerait devant elle. Non, cela ne se ferait pas.

« _ Vous me dites que je vais être radiée ? » Demanda la princesse affolée  Elle se sentait prise au piège comme si un dragon l’avait enfermé dans un donjon.

« _Oui, si vous ne faites rien, je ne peux pas vous garder. »

« _ Mais je n’aurai plus de statut, quand on me demandera ce que je fais ou quand je devrais écrire ma situation, je mettrai quoi ? »

« _ Vous pourrez mettre «  à la recherche d’un emploi » «  finit la conseillère sur un ton mesquin.

« _ Mais c’est la même chose, et je ne veux pas être radiée. »

« _ Vous ne cherchez pas, vous ne savez pas où chercher »

« _ oui, c’est vrai, mais je suis perdue, je sais pas quelle direction prendre.. »

« _ Si vous voulez, , je vous propose de voir une de nos fées de la parole. Pendant six mois vous allez la voir sans revenir ici. Vous pourrez lui parler librement, et essayer ainsi de faire le point. C’est gratuit. Peut être que cela pourrait vous aider. »

La princesse restait dubitative, c’était la deuxième personne à lui conseiller une de ces fées. Pourquoi y aller ? Elle était devenue si inutile que sa conseillère la jetait pour ne plus la voir ? La voyant ainsi, la femme guide lui proposa de bien réfléchir et lui donna un autre rendez vous pour lui annoncer sa décision. Décidément, les nains étaient vraiment à hauteur de leur réputation dans le royaume, une personnification de la perte de temps. Elle partit, un peu soulagée et un peu interrogative. Beaucoup de questions trottaient sous sa royale couronne et peu avaient des réponses.

Posté par Princesse rose à 16:48 - Commentaires [4] - Permalien [#]

02 mars 2008

La demande du revenu minimum pour l'insertion des sujets royaux

En attendant cette ultime entrevue, la princesse dû faire face à nombres de problèmes. En effet, malgré ses quelques écus de côté, rien d’autre ne rentrait sur son compte. Elle su qu’elle avait droit a une prime tous les mois afin d’avoir quelque chose qui ne coulerai pas son compte. Son prince prit rendez-vous pour elle étant timide et un peu honteuse de devoir le demander. Mais, elle ne voulait pas que ses parents l’aident.
Elle se redressa et après avoir rassemblé tous les parchemins nécessaires, alla au bureau d’aide. Là, la princesse rencontra un humble magicien, retiré du monde magique pour aider les personnes en difficulté. Il était très gentil et pour une fois, elle n’entendit pas de paroles blessantes. Elle posa toute les questions relatives à ce revenu afin de ne pas se tromper et surtout, de ne pas se tromper.
Pendant que son interlocuteur vérifiait les papiers, la princesse restait songeuse tout en regardant la pièce: des affiches vantant le mérite d'une aide pour le permis carrosse. La jeune fille sourit, elle s'etait renseignée et au bout du compte il y a des interêts et le permis revient plus cher. De toute façon elle ne voulait aucun crédit, sauf pour son futur château pour elle et son prince, et peut être sa royale progéniture. D'autres panneaux attiraient son attention, ceux sur les droits des personnes ayant ce revenu minimum, d'autres sur la contraception, les boissons alcoolisées, etc....Cette tapisserie n'était pas de son goût mais cela devait être important pour se trouver sur le mur, en tout cas, ça lui permit de moins s'ennuyer en attendant le magicien. Ce dernier, lui dit enfin qu'il ne manquait aucun papier et que, le temps que tout ce mette en place, elle recevrait une réponse sous un mois.

Elle le remercia, et partit, a la fois soulagée et un peu honteuse. L a princesse se disait, sans doute pour se donner du courage, que ce serait passager et que bientôt, elle en aura plus besoin. Elle avait beau se repeter ces belles paroles, elle commençait à ne plus y croire. Bientôt, elle rentra chez elle, et découvrit le revers de cette situation.

Posté par Princesse rose à 19:09 - Commentaires [3] - Permalien [#]