23 février 2008

les sorcières de Salem partie 3

A son retour, en décembre 2006, elle présenta ses résultats. La sorcière ne fut pas satisfaite. La princesse décida de ne plus se laisser faire dans ses choix. Jusqu’ici, elle avait fait tout ça pour son entourage, maintenant, elle voulait être écoutée.

« _J’ai cherché, mais vraiment, ça ne me dit rien, j’ai pas envie de passer des concours. »

« _ C’est pourtant votre profil et je pense que vous pourriez le faire, vous réussiriez »

Pourquoi tout le monde l’obligeait à suivre une voie qu’elle refusait ? Se lamentait la princesse. Pour être dans la norme faut-il avoir un travail normal aux yeux de tous ? Soit elle suivait ses conseils, soit elle n’arriverait jamais ? Vraiment, ces sorcières sont toujours aussi prétentieuses…Elle se reprit, et referma sa colère afin de répondre calmement espérant ainsi d’être un peu plus tranquille.

« _Oui, sans doute, mais je ne veux pas. 500 appelés pour 5 élus, non-merci. Je me connais, je ne suis pas aussi acharnée que certains. Les tests que vous m’avez fait faire, ne m’ont pas servi à grand chose, tout ce que vous m’avez dit, je le savais déjà, je sais même commander, surtout ma sœur. Et puis, je ne veux pas, j’en ai pas envie, ce serait perdre un an ou plus pour rien. »

« _Qu’est-ce que vous aimez alors ? » Demanda son interlocutrice magique un peu excédée.

Enfin une question utile. La faire venir tôt le matin n’était pas vain Ce qui l’étonna surtout c’était de constater qu’elle n’abandonnait pas. Beaucoup de monde aurait fait le contraire.

« _J’aime bien utiliser mes mains, pour dessiner, écrire, créer en fait. »

Elle n’arrêtait pas de le dire et de l’écrire sur les tests qu’on lui donnait, mais visiblement, c’étaient des activités plutôt tabou chez ces personnes.

« _Alors renseignez-vous chez les artisans » dit la sorcière en reprenant son air supérieur

« _Justement, il y a un salon, de l’artisanat, je vais y aller et poser des questions »

« _Utilisez le questionnaire que je vous ai donné »

« _Euh, oui bien sûr »

Au début de leur entretien elle lui avait donné quatre feuille avec des questions, pertinentes selon elle, à poser aux différents professionnels de la société. La princesse les avait trouvées un peu prétentieuses et pas recherchées, elle pensait qu’elle devait poser ses propres questions. Bizarrement, elle oubliait souvent ce papier inutile chez elle.

Cette fois-ci, la princesse repartit en triomphe, pour une fois, elle a eu son mot à dire

Elle se résolue de se rendre au salon, accompagnée de son prince. Il y avait beaucoup de monde. Les fées organisatrices avaient dû réserver au moins trois grands palais des expositions pour cette manifestation. Arrivés à l’intérieur, ils essayèrent de se frayer un chemin, afin de visiter tous les stands. Tous les exposants magiciens étaient vraiment habiles de leurs mains ; chaque objet émerveillait la princesse. Des mosaïques, de la peinture, des céramiques, des édredons, des bijoux, des jouets, des baguettes magiques, des robes de sorciers, princesses plus hautes en couleur en adéquation avec la mode royale.
Elle fut contente de sa promenade dominicale, mais aucun stand ne suscita un intérêt particulier pour une discipline. La princesse se préparait à sa matinée de jeudi. La sorcière lui en voudrait sûrement et elle ne serait pas étonnée si elle lui jetait un sort. Elle fut soulagée de constater que les vacances de noël lui ont permit de se préparer a la rentrée.

Le jour du rendez vous arriva vite. Elle se rendit à l’agence. Son appréhension fut confirmée, la sorcière n’était vraiment pas contente. Son visage reflétait son exaspération, elle monta un peu le son de sa voix, mais la jeune fille ne se laissa pas faire.

« _Je suis désolée, mais rien ne m’a plus pour faire quelque chose, vous savez, cette étincelle qui nous motive »

« _ Oui, je crois. Vous avez envoyé un courrier à l’école de tapisserie sur meubles ? »

« _Oui, le problème est qu’il faut déjà avoir un diplôme pour être accepté. »

La sorcière ne savait plus quoi faire, elle semblait désespérée. L’ennui pour la princesse c’était qu’elle ne voulait pas s’arrêter sur cet échec personnel. L’intéressée, elle, préférait arrêter. Elle serait allée voir une diseuse de bonnes aventures, le résultat aurait été le même, sauf si elle avait posé des questions sur son avenir.

Soudain, la grande prêtresse de la magie noire et, espérait la jeune fille, magie blanche, lui posa des questions sur elle, son passé. La jouvencelle fut surprise. En effet, après trois mois de tests innombrables et d’obligation d’enquête, elle voulait parler d’elle qu’à ce moment là. Elle reflechissa d’abord, était-ce un piège pour l’envoyez chez ses consœurs dans la forêt ?Où voulait-elle en venir ? Et si c’était une chance pour être enfin écoutée ? Finalement, elle se décida à parler : son passé douloureux au collège où tout le monde se moquait d’elle notamment. Ce fut une période difficile pour elle, elle était différente selon ses tortionnaires. Ceux-ci le lui rappelaient tous les jours, et ce, pendant cinq longues années. Elle gardait comme séquelle une grande émotivité, de la timidité pour ne pas se faire remarquer, et surtout, elle avait totalement perdu confiance en elle. Elle lui raconta également son parcours, comment elle l’a vécu, assez bien malgré quelques difficultés ; ses peurs face à l’avenir, ses envies de fonder une famille avec son prince et être bien installée avec lui. La sorcière l’écouta attentivement, elle lui parla de son fils qui a subi le même embarras qu’elle étant un peu en surpoids. Depuis, il a perdu du poids et se sent mieux dans sa peau. La princesse fut un peu choquée, il suffirait de perdre du poids pour être bien et être acceptée ?Cela la rendait malade. La sorcière la trouvait si grosse que ça ? Non, elle ne se pliera pas aux volontés d’une sorcière qui n’utilisait même plus ses pouvoirs. Cette dernière lui conseilla d’aller voir une fée de la parole lui expliquant, que, tout le monde éprouvait un jour de consulter ces magiciennes. Elle ne fut pas convaincue par son discours. Elle ne ressentait pas l’envie et ne voyait pas en quoi cela pouvait l’aider. Elle avait les larmes aux yeux, et la sorcière préfera s'arrêter avec elle, ne sachant plus quoi faire pour l'aider. Visiblement, à part trouver absolument un travail, l'ecoute restait toujours en stand by. Enfin, la dernière séance se terminait. Elle repartit peu décidée, et constata que tout ceci n’a été qu’une perte de temps. Ces femmes au chapeau pointu auraient peut être dû rester dans la forêt. Elle rentra chez elle plus désespérée et perdue que jamais.

Posté par Princesse rose à 12:43 - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur les sorcières de Salem partie 3

    J'espère que les choses s'arrangent dans la suite des aventures de princesse rose!

    Bises

    Posté par Etoiledesneiges, 24 février 2008 à 22:53 | | Répondre
  • Re!

    Je viens de trouver ceci sur un blog que je regarde fréquemment, je pense que ça peut t'intéresser. Un article intitulé "Etre créatrice, c'est quoi?"

    http://amuseladeco.canalblog.com/archives/2008/02/23/8063021.html#comments

    Posté par Etoiledesneiges, 24 février 2008 à 22:59 | | Répondre
  • Merci etoile!! la suite des aventures n'est ^pas encore tres brillant...hélàs....

    merci pour le lien!! et merci pour ton commentaire!!
    gros bisous

    Posté par Miss mcgregor, 25 février 2008 à 10:20 | | Répondre
  • j'attend avec impatience

    la suite des avantures. Je suis moi même au chômage et moi ils veulent absolument que je fasse ce que je ne veux pas faire. J'ai plus d'expérience sur une plateforme téléphonique (que j'ai quitté parce que j'en avait marre) qu'en secrétariat (ce que je veux vraiment faire), du coup pour remplir leurs statistiques ils veulent que je postule pour toutes les plateformes.

    Posté par Alice, 25 février 2008 à 15:38 | | Répondre
  • bonjour Alice et bienvenue et merci pour ton commentaire!!

    chic quelqu'un d'autre de plus!! je me sens moins seule, meme si on prefere tous avoir un travail un minimum interessant
    je te comprends pour remplir leur fichues stats....pffff le probleme est qu'il n'y a aucun dialogue entre un conseiller et le chômeur lambda, ils font leur trucs et basta
    j'ai eu pareil aussi, par rapport aux sorcieres, qui, celle qui s'occupait de moi voulait absolument que je passe des concours....

    ils ecoutent pas ce que l'on veut, j'ai eu du mal a me faire entendre, j'ai reussit que à l'association où je vais actuellement pour l'insertion...

    hallucinant quand meme, on leur explique que non, et ils font tout le contraire!! je te comprends Alice
    n'hesite a poster d'autres commentaires, tes remarques sur l'anpe, le chômage!!!moi je me defoule ici, mais je pense que ça peut servir a te defouler et a apporter aussi ton temoignage !!

    merci encore et a bientot !

    Posté par Miss mcgregor, 25 février 2008 à 17:40 | | Répondre
Nouveau commentaire